L’allumage inversé

Allumer un feu à l’envers, à la suisse ou l’allumage inversé

Cela fait quelques temps que nous avons adopté l’allumage « à l’envers » car nous avions jugé ce moyen d’allumage plus efficace. Le récent rapport de l’institut national de l’environnement industriel et des risques (l’Ineris) nous conforte encore plus car il produit encore moins de particules fines.

Dans un récent rapport sur le chauffage au bois, l’institut national de l’environnement industriel et des risques (l’Ineris) recommande fortement de pratiquer l’allumage inversé (avec grosses bûches aux étages inférieurs et petit bois par dessus avec allumage par le haut.) Objectif : obtenir rapidement un feu qui consomme moins de bois, qui dégage mois de fumée et, donc, qui émet moins de particules fines (mauvaises pour la santé.)

Le geste vous paraît superflu ? Détrompez-vous. Selon une information de l’Ineris relayée par France Inter, « 80 % des émissions polluantes sont produites dans les 10-15 premières minutes qui suivent l’allumage, ainsi qu’au moment de recharger le foyer. » Autrement dit, l’allumage est un point essentiel si l’on veut réduire au maximum les effets polluants du chauffage à bois.

Et puis, autre avantage de cette technique : elle limiterait l’encrassement du conduit de cheminée et donc, en faciliterait l’entretien.

(extrait de l’article de Positivr)

Pour se faire une idée de la méthode voyez cette vidéo (ici avec un poêle à bois mais elle fonctionne pour tout type de cheminée). Regardez :

La totalité de l’article se trouve ici